Nos boursiers 2014

Dr Clothilde Roy

Médecin Assistant Clinicien Candidat Spécialiste (MACCS) en Pathologie cardiovasculaire

Définir des mécanismes qui sous-entendent la progression et les complications de l’insuffisance cardiaque

« L’insuffisance cardiaque (IC) touche environ 23 millions de personnes dans le monde, principalement des personnes âgées. Plus de 80% des hospitalisations pour IC surviennent chez des personnes de plus de 65 ans. Dans près de la moitié des cas, la fraction d’éjection du ventricule gauche (quantité de sang éjectée par le ventricule gauche dans l’organisme) est préservée, un syndrome pour lequel il n’y a pas à l’heure actuelle de thérapies prouvées. Cette pathologie cardiaque est encore associée à une mortalité et une morbidité importantes, mettant ainsi en évidence les limites des traitements actuels et justifiant la poursuite des recherches pour mieux comprendre les différences entre la physiopathologie de ce syndrome et celui de l’insuffisance cardiaque à fonction ventriculaire gauche réduite.

L’IC symptomatique n’est que la partie émergente de l’épidémie. En effet, le vieillissement de la population ainsi que la progression des facteurs de risques (hypertension, diabète, obésité, insuffisance rénale) créent un nombre croissant de patients à risque particulièrement élevé pour le développement de l’IC. L’identification précoce de ces patients asymptomatiques à risque est primordiale afin d’éviter la progression vers l’IC symptomatique (essoufflement, oedème des membres inférieurs, fatigue…).

L’objectif de cette recherche est de définir certains des mécanismes responsables de la progression et des complications de l’IC avec une fraction d’éjection ventriculaire gauche préservée :
- en évaluant les différences dans la structure cardiaque par différentes techniques d’imagerie afin d’approfondir notre compréhension de la physiopathologie conduisant à la progression de l’IC ;
- en définissant les mécanismes par lesquels les facteurs de risque interagissent avec l’âge pour augmenter le risque d’IC, et évaluer le rôle des facteurs déclenchant tels que l’infarctus, la fibrillation auriculaire ;
- en déterminant les facteurs pronostiques en suivant ces patients au fil du temps. »