Nos boursiers 2015

Professeur Cani Patrice

PhD, Research Associate FRS-FNRS Louvain Drug Research Institute, Metabolism and Nutrition

« Obésité : de l’espoir pour les patients. Akkermansia, la bactérie miracle ? »

Le professeur Patrice D. Cani est chercheur au Fonds pour la Recherche Scientifique (FRS-FNRS) et leader d’une équipe dans le groupe de recherche « Métabolisme et Nutrition » au sein du
« Louvain Drug Research Institute » de l’UCL, Bruxelles, Belgique. Il est investigateur WELBIO (Institut wallon virtuel de recherche d’excellence dans les domaines des sciences de la vie - Walloon
Excellence in Lifesciences & BIOtechnology), bénéficiaire d’un European Research Council (ERC) starting grant (ENIGMO) et lauréat du crédit de recherche 2015 de la fondation InBev- Baillet Latour pour la Recherche Médicale. Il est co-directeur du « European Associated Laboratory »: « NeuroMicrobiota » (INSERM, Toulouse, France/UCL, Bruxelles, Belgique).

Patrice D. Cani est diététicien (1998), il a un Master en Sciences Biomédicales (Nutrition humaine) (2000) et un Master en Sciences de la Santé et il est docteur en Sciences Biomédicales (2005). Il est auteur et co-auteur de plus de 140 publications scientifiques (h-index : 45, >8600 citations). Il est membre de plusieurs associations internationales, du Collège des Alumni de l’Académie royale des sciences de Belgique et membre fondateur de la « Belgian Nutrition Society ».

Ses centres d’intérêts principaux concernent l’étude des interactions entre le microbiote intestinal, l’hôte et des systèmes biologiques spécifiques tels que le système endocannabinoide (impliqué dans la production de lipides bioactifs régulateurs de l’appétit et de l’inflammation) et l’immunité innée dans le contexte de l’obésité, le diabète de type 2 et l’inflammation métabolique.

En 2013, avec son équipe, il montre, chez la souris, qu’une bactérie intestinale, Akkermansia muciniphila, est capable de renforcer la barrière intestinale, de réduire le poids corporel et le diabète de type 2.

Aujourd’hui, avec l’aide de la Fondation Saint-Luc, et tout particulièrement de la Banque Transatlantique Belgium, et en collaboration étroite avec les Professeurs Dominique Maiter, Jean-Paul Thissen et Michel Hermans, l’impact de la bactérie Akkermansia sera enfin étudié chez l’homme.